Mathieu d'Aulan

Practicien en Médecine traditionnelle Chinoise

sinogrammes médecine chinoise

Mythe et histoire de la Médecine Traditionnelle Chinoise

Fu Xi et les huit trigrammes

Fu Xi est le père de la civilisation Chinoise, selon la légende. Il est considéré comme le chef des "Trois Empereurs" (Fu Xi, Shen Nong et Huang Di). Selon l'étude d'historiens, Fu Xi est né à Tianshui actuelle province du Gansu.

Selon la Légende et les documents historiques, les contributions majeures de Fu Xi sont : d’enseigner aux gens à pêcher et à chasser, de domestiquer les bêtes, d'inventer les instruments de musique, de composer de la musique et la conception de l'ancien calendrier. Une autre réalisation importante de Fu Xi est l'établissement du Bagua ou les 8 trirammes. Bagua est un ensemble de symboles avec des significations dans la Chine ancienne. “—” Signifie yang “--” est synonyme de yin.   Trois de ces symboles peuvent être organisées en huit trigrammes, appelés Bagua Chaque trigramme représente un phénomène donné.

Il est dit que Fu Xi a fait les 8 trigrammes sur une montagne nommée Gua Tai à Tianshui. A cette époque, les gens savaient peu de choses sur la nature, de sorte qu’ils étaient effrayés et intrigués par la pluie, le vent, la foudre et le tonnerre. Fu Xi a voulu comprendre ce qui se cachait derrière ces phénomènes, donc il a souvent était debout sur la montagne pour observer les astres au-dessus et la topographie en dessous. Il a également étudié les empreintes et les textures des animaux et des oiseaux.

Un jour, alors qu’il était sur la montagne Tai Gua, il entendit un grondement étrange. Un cheval mythique sauta en face de la grotte qui l’abritait. Fu Xi nomma l’animal le dragon à cheval parce que le cheval avait une tête de dragon mais un corps de cheval avec une crinière et un pelage unique. Le cheval a sauté sur un gros rocher dans la rivière Wei Shui, la rivière au pied de la Montagne Tai Gua. Le rocher avait la forme du Taiji. Cette vision d’ensemble entre le rocher et le dragon-cheval, Fu Xi a été soudainement éclairé et a fait les 8 trigrammes.

Ainsi Fu Xi a découvert les premières lois de l’univers et est à l’origine du Yi Jing le livre considéré comme la plus ancien au monde.

Yan Di Shen Nong ou Yan Di, l'agriculteur divin

Il y a plusieurs dizaines de milliers d'années auparavant, la vie était rude pour les humains. Le vent, les orages, le tonnerre, la foudre, les inondations, les bêtes féroces et les maladies menaçaient la vie humaine. L'instinct et l'intelligence de l'homme l’a aidé à survivre.Les herbes ont joué un rôle important pour soulager la douleur, pour traiter les maladies et sauver des vies. Celui qui a été cruciale dans la prise de conscience du caractère thérapeuthique des plantes est Shen Nong.

Shen Nong était un travailleur, courageux et intelligent. Il avait une grande compassion et n’aimais pas voir les êtres humains souffrir de blessures ou de maladies. il décida de découvrir les effets médicinaux des herbes. il a recueilli des fleurs, des racines, des feuilles et des fruits à l'état sauvage. Il les a soigneusement observé et goûté une par une et a noté leur nature ainsi que leur effets sur son corps, même s'il savait qu'il était possible que certaines d'entre elles soient toxiques. A la fin il connaissait les propriétés et les actions de plusieurs centaines de plantes. Depuis lors, la vie de l'homme a été mieux protégé et amélioré. Et Shen Nong devint une légende et un Empereur.

Shen Nong a aussi été le fondateur de l'agriculture en Chine. Il a enseigné aux gens comment défricher les terres et comment les cultiver. Ce qui a facilité la transformation et le développement d'une économie axée sur la pêche et la chasse à une économie basée sur l’agriculture et l’élevage.

Shen Nong Ben Cao Jing

On attribue à Shen Nong le Shen Nong Ben Cao Jing (Matière Médicale de Shen Nong) bien que ce manuscrit a été rédigé à l’époque de la dynastie des Han de l’ouest (206 avant J.C à 24 après J.C).

Ce livre est un résumé des connaissances pharmaceutiques avant la dynastie des Han (206 avant J.C à 220 après J.C). Il a enregistré 365 substances médicinales et les a classées en trois catégories selon leurs effets et leur caractéristique. Ce livre comprend également un bref compte rendu des théories pharmaceutiques, impliquant des concepts de souverain (Jun), de ministre (Chen), d’adjudant (zuǒ), et de messager (shǐ), les quatre propriétés et les cinq goûts des substances pharmaceutiques. Ce livre comprend également une description des propriétés, des lieux d'origine, des temps de collecte, des méthodes de traitement, et des méthodes pour déterminer la qualité de la pharmacopée. Ce livre a jeté les bases de la pharmacopée chinoise.

Huang Di Xuan Yuan (L’Empereur Jaune Xuan Yuan)

Huang Di était un seigneur qui vivait dans son fief de You Xiong Xinzhen (province du Henan), il était aussi appelé pour cela You Xiong. A cette époque Yan Di Shen Nong était sur le déclin alors que Chi You, un chef cruel, a commencé les guerres entre les différents royaumes composant la Chine. Shen Nong est allé voir Huang Di pour lui demander de l'aide. Huang Di a endossé sa responsabilité de chef de guerre et s’est battu avec Chi You à Zhulu.Lors de ce combat Chi Yu fut tué.Huang Di a ensuite été choisi par tous les seigneurs de Chine pour devenir le nouvel Empereur de la Chine, prenant la place de Yan Di Shen Nong.

Le règne de Huang Di a duré très longtemps. Pendant ce temps, la Chine est restée stable, forte et s’est développée. Un grand nombre d'inventions ont été faites à cette époque, telles que les caractères chinois, la construction de palais, de bateau, de véhicules, de vêtements et la création de la boussole. On dit que Yao, Shun, Yu, Tang et d'autres anciens Empereurs étaient tous ses descendants.Alors Huang Di a été considéré comme l'ancêtre de tous les Chinois.

Il est considéré comme l’auteur légendaire du Huang Di Nei Jing (Classique interne de l’Empereur Jaune).

Huang Di Nei Jing (Classique interne de l’Empereur Jaune)

Le plus vieux et le plus grand livre de la littérature médicale classique existante en Chine est le Huang Di Nei Jing, il est considéré comme le livre de médecine de le plus ancien du monde.

Il a défini une image globale et un cadre théorique à la Médecine Traditionnelle Chinoise. Il a été écrit sous la forme de questions-réponses entre Huang Di lui-même et son maître sprirituel et ministre Qi Bo.Il se compose de deux parties: Su Wen (Questions Simples) et Ling Shu (Pivot spirituelle).

Le SU WEN traite essentiellement du système des organes, du système des méridiens, de l'étiologie, du diagnostic et des principes de traitement.

Le LING SHU explique la théorie du yin-yang, des cinq éléments, des points d’acupuncture, des aiguilles et des techniques, etc Ce dernier est également connu comme Zhen Jing (le canon d'acupuncture).

Ce livre a bénéficié d'une grande réputation et il est devenu la bible de la Médecine Traditionnelle Chinoise.Les Praticiens les plus prestigieux et de de tous les âges en font leur Référant.

BIAN QUE NEI JIN (classique interne de Bian Que)

Durant la période des Royaumes combattants un médecin répondant au nom de Bian Que (mort en 320 Avant J.C) se fit connaitre par la redaction d’un livre le Bian Que Nei Jing (Traité Interne de Bian Que). Il est considéré comme le 1er médecin à utiliser le pouls dans le diagnostic et les 4 temps à savoir la palpation, l’olfaction, l’écoute et l’observation du patient.Beaucoup d’histoires légendaires existent à son sujet mais une chose est sûr est qu’il était consdidéré comme un grand médecin.

Dynasties Qin et Han (221 avant JC - 220 Après JC)

Durant cette période la MTC a beaucoup progresser et c’est durant cette période que le principe thérapeutique de la différenciation des syndromes ainsi que leur traitement s’est mis en place.

La différenciation des syndromes et leur traitement est le principe de base du traitement clinique en Médecine Traditionnelle Chinoise et l'une de ses caractéristiques exceptionnelles. Le principe développé à partir d'un processus d'accumulation de la pratique clinique et la synthèse de la théorie médicale. Ce principe a d'abord été discuté dans le Huang Di Nei Jing.

Shang Han Za Bing Lun (Traité sur les maladies induite par le froid et Divers).

Zhang Zhongjing (152-219 après JC), un médecin remarquable de la dynastie des Han, a intégré cette théorie de base sur le traitement clinique réel et lui a donné un résumé élaboré et précis dans son livre le : Shang Han Za Bing Lun (Traité sur les maladies induite par le froid et Divers). Ce livre a établi les principes scientifiques encore utilisé aujourd'hui pour guider la pratique clinique en Médecine Traditionnelle Chinoise.

Dans le Shang Han Za Bing Lun, il y a 269 formules dans plus de 10 formes d'administration, beaucoup plus que dans les livres médicaux antérieurs. Ainsi ce livre est considéré comme le père des formules de pharmacopée.

Il est considéré Comme l'une des œuvres les plus influentes dans l'histoire de la Médecine Traditionnelle Chinoise, environ cinq cents praticiens ont commenté ce livre à travers les âges, une école du Shang Han Lun a même était établi, qui a exercé une grande influence en Chine mais aussi dans d’autres pays depuis les dynasties Tang (618-907) et Song (960-1279).

Des progrès remarquables de la médecine clinique

Selon les documents historiques, Hua Tuo fut la première personne en Chine et dans le monde à utiliser l'anesthésie. Il a inventé la poudre Ma Fei San (à base de chanvre indien) qui anesthésiait le patient et ainsi était utilisé pour la pratique chirurgicale. Bien que le contenu de la formule et la technique opératoire a été perdu, il a éclairé nombre de chirurgiens de sa pensée académique.

L'invention de la poudre de Ma Fei a laissé un jalon indélébile dans l'histoire médicale chinoise.

Apparition du dossier médical

Chun Yuyi, un médecin célèbre de la dynastie des Han de l'Ouest (206 av J.C – 24 après J.C), a hérité de l'expérience académique de ses prédécesseurs et a commencé à parler de prévention. Il a gardé tous les registres détaillés de ses patients comme le nom, le statut, le lieu de naissance, sexe, nom de la maladie, cause de la maladie, le pouls et les symptômes, le diagnostic, le traitement et la prévention. Ses écrits se manifestent par un style académique et est l’inventeur du dossier médical.

Zhen Jiu Jia Yi Jing (le classique ABC de l'acupuncture et la moxibustion)

Zhen Jiu Jia Yi Jing (le classique ABC de l'acupuncture et de la moxibustion), un livre en 12 volumes écrit par Huangfu Mi (215-282), est la première monographie sur l'acupuncture et la moxibustion.Il a eu une grande influence dans le développement de l'acupuncture et de la moxibusiton, de nombreux livres sur l'acupuncture se sont inspirés de cet ouvrage après la dynastie des Jin (265-420).

Le livre couvre les organes Zang-Fu, les méridiens, les points, la pathogenie, le diagnostic et le traitement. Un total de 354 points a été revu et corrigé. Indications et contre-indications de chaque point ont été enregistrés.Les Techniques d’insertion d’aiguille ont également été présenté. Ce livre a toujours été sur la liste de lecture de tous ceux qui veulent apprendre la Médecine Traditionnelle Chinoise et en particulier l’acupuncture.

Zhen Jiu Jia Yi Jing (le classique ABC de l'acupuncture et de la moxibustion) est d'une valeur académique élevé non seulement pour l'acupuncture et la moxibustion mais aussi pour l'étiologie, les manifestations, la pathogenèse de divers troubles, notamment les maladies internes. Ainsi ce livre peut aussi être considéré comme une œuvre ancienne, complète et de haute valeur dans la pratique clinique.

Xin Ben Cao Xiu (Materia Medica nouvellement compilé des Tang)

Xin Ben Cao xiu (Materia Medica nouvellement compilé des Tang) a été compilé par plus de 20 responsables et praticiens dirigé par Su Jing, quand le gouvernement de la dynastie des Tang (618-907) a ordonné de prélever des échantillons de toutes les plantes médicinales de toute la Chine.Pour la première fois dans l'histoire des illustrations ont été utilisées dans les livres de Materia Medica.

Le Xin ben Cao xiu contient 844 plantes médicinales. Le livre de 54 volumes est divisé en trois parties: explication des plantes, leur illustrations et leur description.Le livre raconte la propriété, le lieu d'origine, et les méthodes de collecte.   Les deux premières parties du livre ont été perdues dans la dynastie des Song (960 - 1279), et la dernière partie sur les plantes existe sous la forme de copies manuscrites. Une copie manuscrite fut trouvée dans la grotte de Dunhuang et dispersée dans differents pays. Seules quelques pages sont maintenant conservées dans un Musée en Grande-Bretagne et à la bibliothèque de Paris.Le présent disponible Xin Ben Cao Xiu (nouvellement compilé Materia Medica de Tang) est basé sur la copie manuscrite trouvé au Japon.

Li Shizhen

Né en 1518 en Chine à Qizhou (dans l’actuelle province du Hubei), Li Shizhen est issu d’une famille réputée depuis plusieurs générations pour sa pratique de la médecine et le commerce de médicaments.

En pratiquant la médecine, Li prend conscience de la nécessité de faire progresser les méthodes de traitement et de redéfinir la matière médicale disponible. Entre 1552 et 1578, il réunit tous les ouvrages de pharmacopée qui font autorité depuis plus de trois siècles. Il les étudie, puis se charge de les classifier, d’en corriger les nombreuses erreurs et d’expliquer leur contenu, tout en y introduisant de nouvelles données. C’est ainsi qu’il décide d’entreprendre lui-même la tâche colossale de publier une encyclopédie de l’histoire de la pharmacopée véritablement à jour . Au cours des époques précédentes, les ouvrages de cette ampleur avaient été rédigés par des commissions impériales ou financés par de riches particuliers.Disposant de moyens très modestes, Li travaille seul, étudiant une immense quantité de documents et rassemblant le plus de spécimens de pharmacopée et formules médicinales possibles. Le résultat de ce travail est le Ben Cao Gang Mu.

À peine l’édition terminée, Li meurt, en 1593, à l’âge de 75 ans.

Ben Cao Gang Mu (Compendium de Materia Medica)

Les 52 volumes du Ben Cao Gang Mu sont une classification supérieure des plantes médicinales. Au total il ya 16 catégories. C'était la classification la plus avancée au monde à cette époque, se conformant à la théorie de l'évolution.

Il a classifié systématiquement les plantes médicinales en termes de noms, origines, apparences, identifications, collectes, traitements, actions et formules.

Il n'est pas seulement une monographie sur la materia Medica, mais aussi un travail de valeur académique couvrant divers sujets allant de la médecine (physiologie, pathologie, pratique clinique, hygiène et prévention), à la botanique, la zoologie, la minéralogie, la physique, la chimie, l’agronomie, l'astronomie et autres.

Ce livre est devenu un jalon dans l'histoire de la materia Medica chinoise du 16è siècle. Darwin, le scientifique britannique, l’a appelé l’Encyclopédie Chinoise. Il a été traduit dans differentes langues et désigné comme le "chef d'oeuvre de la médecine orientale".

Zhen Jiu Da Cheng (Grande Compilation de l’acupuncture et de la moxibustion)

En 1601 Yang Ji Zou (1522-1613) réalise une œuvre majeure de l’acupuncture : le Zhen Jiu Da Cheng (Grande Compilation de l’acupuncture et de la moxibustion).

YANG Ji-zhou était un célèbre médecin spécialiste de l'acupuncture et de la moxibustion sous la dynastie des Ming. Il était un grand maître, non seulement dans les méthodes de manipulation de l'acupuncture, mais aussi dans la technique de moxibustion, il avait une connaissance unique et profonde. Ses principales contributions comprennent plusieurs aspects: il a recueillie beaucoup de méthodes et de de traitement de la part des médecins spécialiste en moxibustion de la dynastie des Ming.

Il a combinée les méthodes des autres avec sa propre expérience clinique, il a systématisé les méthodes et les techniques de la moxibustion, y compris la relation entre la posture et le point d’acupuncture, les ordonnances de traitement, la taille du cône du moxa, le nombre de cônes de moxa, les techniques de moxa brûlant, etc. formant une norme de manipulation plus systématique. Il attachait beaucoup d’importance à la consolidation de l'effet thérapeutique par une bonne alimentation après le traitement.

Wen Ken Tang (1549-1613) rédige un livre sur le diagnostic et les différents syndromes existants.

Le Liu Ke Zheng Zhun Sheng (règle de diagnostic et de traitement de six branches de la médecine.

Beaucoup d’autres auteurs et de livres furent diffusés au 17ème siècle comme le Ben Cao Yuan Zhi (source de matière médicale) de Li Zhong Li.

Aux 18è et 19è siècles une littérature très fournit se diffuse largement en Chine.Se sont souvent des œuvres de compilations, commentaires et compléments à partir d’œuvres majeurs antérieurs comme le Shang Han Lun ou le Ben Cao Gang.

Au début du 20è siècle, lors de l’époque des comptoirs Français et Anglais la Médecine Chinoise a été en grand danger car il y avait une volonté manifeste du pouvoir en place et surtout des occidentaux d’essayer de l’éradiquer.

En 1949 avec l’avènement de Mao la MTC a repris des couleurs et de nombreux hopitaux furent créés.

Aujourd’hui on compte plus de 3000 hopitaux de MTC en Chine et de nombreuses universités qui enseignent l’art de guérir selon les principes multimillénaires de la MTC.